27 juin 2010

3ème SEMAINE SANS CAP PUIS REPRISE

Je ne suis pas très en forme ces temps-ci, le manque de cap joue sur mon énergie et je suis amorphe.

Lundi : séance de vélo 15-16 kms en 50 min
Mardi : LIA et abdos
Jeudi : Step/abdos et le soir velo avec Tugdual qui se marre car je pédale aussi vite qu'un hamster dans sa cage et que je n'avance pas.
Lui, a un velo de route et moi un VTC. Je ne veux pas me trouver d'excuses bidons, mais ça me semble plus facile avec son velo.
Il va payer quand je vais avoir mon velo de route, je vais pédaler aussi vite que maintenant et je lui foutrais une ratatouille pour la peine...

Nous voilà au 21ème jour de repos sans cap. J'ai le droit de m'y remettre doucement.
J'ai peur, j'appréhende, j'espère...

Je pose le velo et pars pour 3 kms.. Tout se passe bien, pas de douleur. Je me sens requinquée mais un peu inquiète de la sensation bizarre autour de ma rotule.

Comme à son habitude Tugdual, me tance et m'invective pour que j'arrête de me prendre la tête sur ce fichu genou... oui mais voilà, moi je ne suis pas rassurée du tout pour la suite.

Malgré tout je rentre toute joyeuse à la maison, recourir a été un vrai plaisir et en plus je n'ai pas perdu en vitesse 9,5 kms en endurance que du bonheur finalement.

Samedi : Grosse, grosse fatigue. Le couperet tombe : j'ai une cystite et 9,5 de tension.
Je me pose...Je dors... je soulève une paupière....je retombe et le comble c'est que je ronfle comme un bucheron.

Je gère la douleur mentalement et n'arrive pas à desserrer les dents de la journée.
Je ne suis pas de très bonne compagnie.

Mais c'est le trail du golf du Morbihan 56 kms aujourd'hui... C'est pas moi qui cours (malheureusement) mais mon époux.. Je suis tout de même contente de l'accompagner.

Cependant le mal de ventre me gâche sérieusement la fête.
En plus je suis déshydratée, à cela s'ajoute un mal de crâne sournois et lancinant qui me taraude méchamment. Mon état de déshydratation m'empêche de bien boire car ça me file la gerbe.
Pourtant il faut boire, pour ma tendinite et ma cystite et accessoirement pour ne plus être déshydrater et stopper la migraine.

2 grs d'Efferalgan auront raison du mal de tête et assourdiront le reste de la soirée les cognements récurrents dans mon orbite gauche.
Je sais bien que vu mon gabarit 2 grammes c'est beaucoup, mais c'est le seul dosage qui arrive à me soulager convenablement.
Malgré tout, le mal reste présent mais en sourdine, je peux maintenant être un peu plus détendue et souriante pour Tugdual qui toute à l'heure prendra le départ sur une note un peu plus joyeuse.

Au total, je dormirais 2 h 30 heures dans l'après-midi (1 heure sur le trajet en voiture et 1h30 dans la chambre d'hôtel).
Je pensais courir avec Tugdual sur quelques kilomètres pour lui filer la gniac mais je suis au bout du rouleau.

Le départ est donné à 20 heures et ça me donne des fourmis dans les pieds de voir tous ces compétiteurs en tenue. Ressentir leur excitation et leur interrogation d'avant course. M'imaginer courir sous la pleine lune dans ce décor breton féérique.
Enfin bref, ça me donne grave envie...(oui je parle le Djeun's couramment aussi)

au ravitaillement du 23ème kilomètre, Tugdual à l'air frais bien que confus (23 + 23 ça fait 56 pour lui- bon je ne vais pas le décourager et lui dit ok t'as raison).
Je trottine sur 500 mètres avec lui et mes spartiates aux pieds (autant dire que je cours pieds-nus) et même pas mal.

1 heure plus tard, il m'appelle. Catastrophe, il n'arrive plus à avancer. Encore une forte déshydratation. Je vais le chercher...Il abandonne.

Faut dire qu'il n'a pas trouver le temps de s'entraîner sérieusement et il prend une sacrée claque dans le nez de ce nouvel abandon (il a aussi échoué sur le demi ironman de Sireuil à 4 kms de la fin, il y a 15 jours).

Le lendemain, après analyse de cet échec, Nous décidons de le faire ensemble, coûte que coûte l'année prochaine.
Je suis sûre que si j'avais couru avec lui, il n'aurait rien lâcher, quitte à finir en marchant.

Dimanche : 46 min de velo pour 15-16 kms et j'enchaîne sur 24 min de cap.
Tout se passe bien mais les 4 dernières minutes de cap je commence à ressentir cette gêne au genou gauche. Celle qui a été précurseur de la découverte de la tendinite.
Je me pose de sérieuses questions.
Serait-ce autre chose ? un bout de ménisque qui se ballade ? un bout de cartilage ?
Je n'ai pas vraiment mal mais je sens que si je force et continue je vais avoir à nouveau la douleur d'il y a 3 semaines.
Je finis la séance en mode triste et abattue.

Il me reste l'espoir de recommencer mercredi avec mon ancienne orthèse et un taping autour de la rotule.
J'ai lu tout ce que j'ai trouvé sur les tendinites du genou et les liaisons méniscales.
J'en arrive à la conclusion que ce n'est sûrement pas le ménisque, car je n'ai absolument pas mal au toucher et que mon genou se plie et se tend sans aucune douleur ni coincement.

Et concernant les tendinites, j'ai relu mes notes de mai 2006 (époque de ma première tendinite du TFL, celle du genou droit) le medecin du sport m'avait conseillé à l'époque de continuer à courir en respectant certaines règles.
J'avais interdiction formelle de courir sur bitume tant que je n'avais pas mes semelles et je devais m'échauffer avant (ça c'est fait avec le velo), m'étirer en cas de douleur et repartir en trottinant, et surtout m'étirer en fin de séance.

Donc à part le bitume, j'ai tout bon. Je testerai donc la prochaine sortie autour de la piste.
Mais j'avoue franchement que je commence à baisser les bras et que le moral est en berne car je me sens punie pour une faute que je n'ai pas commise.

En plus j'ai beaucoup de projets de compétition en tête et ne pas savoir si je pourrais les concrétiser un jour, me désespère.
Il y a déjà le marathon de la Rochelle fin novembre (difficile, si je ne peux courir plus de 20 min)

et pour 2011 voici le programme :
Semi-marathon st andré des eaux fin mars (pour le plaisir d'un parcours roulant)
Trail de la côte de Jade mi-avril - 34 kms entre St-Michel Chef-Chef et Pornic pour la prépa du 56 kms.
1 triathlon CD en mai (Rennes, Saintes ??)
56 kms trail du golf du morbihan fin juin (compétition majeure de l'année)
Triatlhon CD de la Baule mi-septembre
Marathon de la Rochelle fin novembre (s'il me reste du courage)

L'espoir fait vivre dit-on et pour le moment mes espoirs sont réduits à néant. Autant dire que je crève à petit feu.

Bon je te quitte lecteur sur cette note pas très réjouissante mais mon humeur est maussade et je ne voudrais pas qu'elle déteigne sur toi.

2 commentaires:

Nathou a dit…

Virginie!!!! ne cours pas pas sur une piste si tu as mal au genou, pitié!!!
1/ le sol n'est pas plus souple que le bitume, quoiqu'on en dise!
2/ cela va tirer sur ton genou dans les virages ou alors, cours à l'envers mais je reste septique quand même ... fais de la pelouse... c'est les vacances, pas de sport co...:))et pense à courir dans les sens inverse!!!

Virginie_l a dit…

en fait je cherche un sol, style sous-bois ou chemin sableux (mes genoux aiment bien).

mais de toute façon j'ai décider de ne reprendre qu'en vacances, donc début août maintenant ça laisse encore un bon mois et en attendant

Etirements de Japhy à gogo + massage musclé du fascia-lata.

et si ça marche toujours pas, je m'autopetitsuisside !