22 avr. 2012

UNE BOSSE SINON RIEN





Depuis Septembre et jusqu'à présent, je me suis efforcée à faire monter progressivement mon niveau de compétence, notamment en vélo.

La tâche est ardue, je pars de loin mais le moral me soutient.

En plein hiver, des séances techniques d'home-trainer m'ont aidée à renforcer mes cuisses et prendre de la vélocité dans ma cadence de pédalage.

Les sorties groupe, m'ont redonné un peu plus de confiance dans le drafting et le cyclisme par tout temps.

La partie vélo étant la plus longue sur un triathlon et particulièrement sur un triathlon longue distance, c'est donc bien un paramètre à ne pas négliger dans sa préparation.

A partir de février/mars, j'ai commencé sérieusement à me pencher sur le cas des bosses.
C'est mon GROS point faible. Autant sur du plat, je peux pédaler à une allure soutenue longtemps, autant dès qu'il y a une bossounette, je m'épuise d'un coup et réduit à néant tous les efforts des kilomètres passés.

Cette constatation est d'autant plus vraie, que la bosse est abrupte et je préfère encore une pente plus longue à monter mais qui grimpe constamment et non d'un coup sec.

Conclusion : je manque de puissance, je ne sais jamais quel braquet adopter, quel cadence me convient et je suis larguée systématiquement. A cela il faut rajouter que je n'aime pas trop me faire mal dans les pentes car après je n'avance plus du tout et n'arrive plus à relancer.

Pour progresser on m'a conseiller donc, de faire et refaire et re-refaire de la bosse. D'en bouffer jusque ras les cils et une fois cela fait, de recommencer (The méthod bourrin's touch).

Alors dans le coin, nous avons quelques côtes sympatoches. Assez pentues pour s'amuser mais pas trop pour vomir.

Voici quelques-un des coins que j'ai découvert récemment :
A noter celle de Montrevault m'est tombée dessus, le jour où je devais faire 3 heures de vélo sur du plat suivi d'1 heure de course à pied en aérobie (c'est souvent quand on ne les cherche pas qu'on trouve les plus beaux coins).

Bosse +++ dans le sens Montrevault --Puiset Doré : coordonnées GPS 47.253325,-1.056683 (près de l'avenue de Leppo)
Un peu plus de 2 kms d'ascension sur 84 m de D+ (pente à 4%)



(pour comparaison la côte de Champtoceaux fait 3,5 % et ne dure que 1,5 kms et la cuvette de Pontcafino 3,7 % sur 900 mètres)

Ensuite on traverse la forêt de Leppo (superbe).

Pour le moment ce que je remarque, c'est que depuis 8 mois, j'ai pris de la vitesse en montée (suis passée de 12 kms/h à 15 sur la même bosse) et aussi que la cadence de pédalage la plus confortable pour moi dans cette configuration de parcours est située entre 60 et 65.

Cela me permet de ne pas faire monter trop haut mon coeur et de ne pas non plus trop crocher dans mes pédales pour arriver ruiner des cuisses en haut.

Pour ce qui est des descentes : ben là c'est une autre histoire....

2 commentaires:

Twister a dit…

Elle est pointue ton étude des bosses !!!

Si tu en veux, viens chez nous, c'est vallonné, il y a de la longue, du tape cul, de la cote en plusieurs étapes ...

Je fais comme toi, travail en cote pour progresser car chez les filles, c'est en général notre point faible !!

Bravo Virginie, comme d'hab ton approche du sport est très intelligente ;o)

olipucci a dit…

Je suis pas une femme mais comme toi mon point faible c'est les cotes; surtout par rapport à mes amis qui adorent ca; alors pas le choix il faut en faire et encore en faire. Ta réflexion est tout juste. A+