30 avr. 2012

LES DRÔLES DE DAMES ET LE TRIATHLON DE SAINTES 2012

Il était une fois 5 filles de 5 clubs différents qui avaient décidé de s'engager sur le triathlon sprint équipe de Saintes.

Estelle : Team Charentes Triathlon
Laure : Saintes Triathlon
Anne-Twister : La Rochelle Triathlon
Marie : Triathlon club Royan
Virginie- Rohini : Triatlhon club Nantais

Une équipe multiclubs et multi-niveaux, 100 % féminine, histoire de se marrer et de sortir du train-train routinier : les - JUST FOR FUN -





Au départ, vers le mois d'octobre-novembre, quand Estelle m'a sollicitée pour participer, j'ai tout de suite imaginé un triathlon ultra convivial, sous le soleil, dans la lumière et la chaleur du pays Saintais.
Un truc ultra glamour, où nous allions briller de mille feux avec nos tenues de pépettes.

Quelle gourdasse je fais ! en lieu et place de cette belle image d'Epinal nous avons eu droit, à la météo la plus pourrie qu'il soit pour faire un triathlon.

Vous voyez le mois de novembre, la Toussaint et ses chrysanthèmes, le temps dégueulasse,  pluvieux qui colle aux semelles et vous glace jusqu'aux os ? Et bien nous avons eu le droit à ça tout le week-end avec en prime une pluie diluvienne continue (pas une seconde sans flotte qui vous tombe des cieux sur la tête).

Autant vous dire que si je ne m'étais pas engagée, si je n'avais pas signé de mon propre sang en bas à droite du parchemin, jamais au grand jamais je n'aurais enfilé ma trifonction ce jour là.



Au programme :
900 mètres dans la Charentes dans le sens du courant - eau à 13°C-14°C
22,5 kms de vélo valloné roulant (sauf que pour nous ça sera 25 kms)
5,2 kms de càp tout terrain

Le ciel est gris, l'ambiance maussade, la pluie diluvienne : la zone industrielle de Dunkerque en pire !

Pour l'occasion, nous avons fait floquer nos tee-shirt roses à l'effigie de notre équipe (le miroir de Vénus avec le nom de l'équipe et notre prénom). Rose pourquoi ? parce qu'il faut bien le dire, le rose n'est pas du goût de chacune mais notre amie Twister aime tellement la Pink Pouf Attitude et ce rose est tellement pepsi que nous le valons bien.

Je ne suis pas encore en tenue de combat que déjà je grelotte et j'ai froid, la Charente est tumultueuse, il fait 12 °C dehors, un vrai temps pour aller faire une raclette au coin de la cheminée.

Je me prépare grosso-merdo dans ma voiture, j'ai du mal à me concentrer pour faire mon sac, l'eau me coule dans la nuque et le cou, brrrrr j'ai froid !!!

J'enfile trifonction et combine pour me réchauffer mais rien n'y fait. mes mains commencent à bleuir et maintenant je n'ai qu'une hâte : plonger dans le fleuve, parce que là à ce moment, j'ai l'impression que la Charente est bien plus chaude que ma condition actuelle.

Nous nous attendons pour l'entrée dans le parc vélo et commençons à sautiller sur place pour faire circuler le sang et nous réchauffer. Les filles sont excitées comme tout, et moi je suis stressée car j'ai peur de craquer à cause du froid.

NATATION

Nous devons remonter le fleuve sur presque 1km - pieds nus et glacés sur un bitume rugueux.
J'ai l'impression qu'on m'enfonce des lames de rasoir sous la voute plantaire, c'est un supplice.

J'ai hâte de goûter l'eau pour m'acclimater mais là on nous empêche d'y aller car les équipes partent en contre la montre.

Il nous reste donc 1 à 2 minutes pour prendre la température. De suite je m'y plonge. Là le choc m'électrifie. Je suis la consigne de Sandie (amie du club) et pose mon cerveau au bord de l'eau avant de plonger mon visage dans la glace.
De suite je suffoque, je replonge, je re-suffoque. Hop, la panique je la pose aussi à côté de mon cerveau et déjà le sifflet retenti. j'ai à peine le temps de comprendre ce qu'il se passe que Twister est partie comme une fusée.
je la suis et commence le crawl, respiration 2 coups de bras - ça va pas le faire, je suffoque, je n'arrive pas à m'oxygéner.
J'entends derrière Estelle qui coach Marie. Marie est mal aussi. Heureusement le courant nous porte fort.
Les heures de natation de cet hiver paient, car mes bras tournent sans que je leur en intime l'ordre. J'arrive enfin au bout de 2 minutes, à rentrer dans ma bulle et respirer normalement. Laure se place rapidement entre Anne-Twister et moi pour surveiller.
Très vite je m'aperçois que je ne peux pas pousser l'eau en dessous, mes mains sont tétanisées et mes muscles pétrifiés. J'essaie donc juste d'avoir une bonne position et de me laisser porter sans trop offrir de résistance dans l'eau.
A la sortie je suis sonnée et évite de me précipiter pour ne pas glisser. Je fais couler l'eau de mes oreilles et commence à trottiner en enlevant ma combine afin de récupérer un peu de chaleur.

La première transition est laborieuse : il pleut des cordes, mes doigts sont figés, impossible de fermer les mains, je ne peux pas clipser mon casque et j'ai du mal à scratcher mes chaussures.
Heureusement Laure me donne un coup de main.
Nous enfilons nos tee-shirt "Barbie poufiasse" avec difficulté, tout colle avec cette saloperie de flotte.

VELO

Sortie du parc, j'arrive sans mal à enclencher les pédales mais déjà je ne suis plus là.
Estelle s'en aperçoit et ne va pas arrêter de me parler pendant les premiers kilomètres et jusque la première bosse.
Mes jambes tournent toutes seules mais je crois que je suis dans le coma cérébral, je grelotte et je claque des dents. Les filles chantent à tue-tête pour se donner du courage, j'entends les HO HO HO de Britney Spears mais c'est comme si je regardais un film, je ne suis pas dans l'action.

La première bosse, ça y est j'ai reconnecté, je la monte en danseuse et en gueulant "NONDEDIEU DE BORDEL DE MERDE", Estelle pousse un ouf de soulagement. ça y est je suis revenue d'entre les mortes.

Il faut absolument que je pousse dur sur les pédales pour me réchauffer, la pluie continue de dégouliner sur nos têtes, nos jambes, nos cous.
Le parcours Vélo est super, de bonnes descentes bien larges comme j'aime et qui ne font pas peur et des bosses douces qui réchauffent.
Je prends du plaisir sur cette roulade même si je meurs de froid. Par moment les frissons me prennent et me font trembler de la racine des cheveux jusqu'aux orteils.

J'entends Anne-Twister qui râle, suffoque et n'arrive pas à respirer. Pourtant elle se place à côté de moi et commence à m'indiquer l'état du parcours : là ça va descendre, t'inquiètes pas, et puis après une courbe et ça remonte. Tout ça entre 2 halètements. Je l'engueule et lui dis de se mettre derrière au chaud et de RESPIRER !!! (elle a une crève du diable et va même saigner du nez la pauvre).

Estelle prend le relais et m'indique toute la technique à adopter pour chaque parcelle de bitume. Là tu te laisse glisser et pis après ça remonte. Oui, oui Estelle ne t'inquiètes plus, ça va le faire maintenant.

Dans les bosses je garde la grosse plaque pour me réchauffer les cuisses et je colle Laure. Laure qui est une sacrée cycliste à n'en pas douter, ça se voit par sa façon de bouger sur le vélo.

Un bénévole se goure et nous octroie un surplus de 3-4 kms et 2 bosses supplémentaires en nous indiquant le mauvais chemin.
Laure est furieuse, elle connait le parcours et râle comme un putois "mais pourquoi à droite ????"
ben "parce que en fait ".

A 2 kms de l'arrivée, je commence sérieusement à être mal. Il est temps de courir, je ne sens plus mes orteils, je ne peux plus passer mes vitesses car mes doigts sont morts.
Les voitures nous ont éclaboussées des pieds à la tête, un camion à frôlé à toute berzingue Anne-Twister dans une descente.
Anne-Twister a déraillé et nous avons attendu à l'arrêt sous la pluie.
Je suis transie de froid, c'est comme si nous rejouions le Titanic et là je me retrouve dans la peau de Léonardo qui lâche la planche en bois pour couler dans la glace.

La transistion 2 est bordélique au possible. Je n'arrive pas à savoir si j'ai enfiler mes godasses sur mes pieds ou si je les ai enfiler sur mon guidon. Mes orteils sont insensibles, je suis glacées et toute rouge, mes cheveux sont collés et ma peau boursoufflée.
On repassera pour le côté Glamour de l'image d'Epinal du début hein.

Estelle me demande de l'aider à déclipser son casque mais je n'arrive pas à pincer le fermoir.
Laure vient à la rescousse.
Marie fait ses lacets (arf) et nous pouvons enfin partir.

COURSE À PIED

2 boucles au programme. Le parcours est superbe car nous passons dans un parc et près de l'eau.
Mais il est jonché de flaques qui nous mouillent jusqu'à la cheville.

Nous chantons "I'm singing in the rain" en nous éclaboussant et ça réchauffe les orteils car l'eau est bien plus chaude à cet endroit.
Marie s'en donne à coeur joie. Elle qui a l'impression de courir en Moon-Boots à cause du froid, sauterait presque comme une gamine dans chaque flaque - les sourires sont de mises, on est bien là hein Tintin.
Au bout d'une boucle je retrouve mes pieds, mais j'ai l'impression que mes semelles sont pétées car je sens une barre sous mon pied (en fait j'apprendrais que ça fait ça à pas mal de monde et que c'est du au froid).

Nous suivons Anne-Twister qui en chie grave avec sa respiration. Marie et moi à l'arrière et Laure et Estelle qui l'encadre.
On rit, car maintenant c'est presque fini. On papote, je lance "faite gaffe les minettes, y a Dark Vador (Anne) avec nous"
ça les fait se tordre et puis un groupe nous double en sens inverse avec un gars qui râle fort en respirant, il crie presque et là Laure nous lâche un "ah ouais, ça fait mal hein !!!" qui nous fait éclater de rire à nouveau.

Au ravito, je conseille aux bénévoles de ranger les gobelets car nous allons sucer nos tee-shirt gorgés d'eau. et Re-rigolade.


Bref, on se fera bien charrier tout du long par les autres équipes qui sont à bloc et nous entendent rire à gorges déployées.

Laure, pousse Anne pour la faire aller plus vite. J'essaie d'aider mes je ne sens rien avec mes mains et ne sais pas si je pousse où me laisse porter.

Puis arrive la finish line et là je pousse Anne-Twister qui fait un petit bond et me dit "oula pas trop fort, j'peux pas suivre".







On finit mains dans la mains, toutes ensemble !!!

Anne-Twister, va encore nous tirer les tripes du corps avec ses larmes de finisheuse et nous avons le sourire banane d'avoir partagé un si bon moment ensemble, d'avoir autant ri et d'en avoir aussi terminé avec la froidure.


(Note à Estelle : tu m'auras bien fait marrer avec l'histoire de la flaque d'eau quand même).

Et la cerise sur le gâteau, c'est qu'en plus on monte sur le podium (enfin Anne y monte, car nous on est est partie se doucher).
3ème équipe feminine sur 3 (ben quoi ? on a fini, z'avait qu'à v'nir les zotes filles)

Et ce podium, même s'il n'est pas glorieux en terme de chrono, à au moins le mérite de récompenser l'équipe la plus farfelue et la plus éclectique de ce triathlon (sans compter qu'on a mis une putain d'ambiance sur la course à pied, de vraies David Guetta en runnings).



Résultats Sprint par Equipe Saintes

Marie : ton sourire et ta bonne humeur et on été mon rayon de soleil sur cette course.
Estelle et Laure : pfff, vous êtes incroyables, quand j'serais grande je veux être comme vous. Merci de nous avoir autant supportées et autant apporté.
Anne : faut arrêter de nous faire pleurer à chaque fin de course, franchement c'est plus possible, à chaque fois je suis toute "émouvée" et ça cause du tort à ma réputation de vilaine bad girl.




Pour info : Laure et Estelle se sont alignées sur le CD le lendemain et ont terminé malgré une eau encore plus froide et un vent à décorner tous les boeufs.
Pour ma part, le courage m'a fait défaut, je n'ai pas pu les rejoindre, le froid de la veille ayant eu raison de toute velléité.

9 commentaires:

Twister a dit…

Je vous admire toutes vachement et franchement je me dis qu'il faut le refaire l'an prochain mais cette fois pour GAGNER !!

Virginie tu es une fucking bloggeuse, c'est génial comme tu racontes la course !!

Guillemette a dit…

Génial ton compte rendu et chapeau les filles, c'est extra!

Marie a dit…

Super récit Virginie, comme à chaque fois. ça fait de supers souvenirs avec toutes ces photos!
Si on m'avait dit qu'on prendrait autant de bon temps sur ce sprint avec le temps qu'il a fait, je ne l'aurai jamais cru, franchement, c'était top!!!
Grobiz et à très vite sur de nouvelles sorties !!!

olipucci a dit…

Super récit et super course les filles! Vous avez du bien rire malgré le temps. Félicitations.

Pascal a dit…

Bravo à la fois pour le triathlon et pour le récit...

C'est marrant parce que Leonardo Di Caprio était aussi au triathlon de Cepoy dimanche (cf le récit de mon triathlon sur http://pgb51.typepad.com)

Trirunwalk.com a dit…

Super les filles pour ce triathlon ! Votre courage et l'esprit de votre équipe vous ont portées ppour aller jusqu'à la finish line ! Bravo ! ;-))

Trirunwalk.com a dit…

Super récit pour ce triathlon frigorifique ! Votre courage et l'Esprit de votre équipe sont un beau mélange pour réussir ,avec le fun, tout triathlon (cd, 70.3 et autres ! ). Bravo les filles !

gaelle goutain a dit…

Je reessaie...
Je disais donc que j'adore ton CR et votre attitude, c'est plus pink pouf attitude, c'est bad ass warrior attitude !
Je voudrais trop faire ca un jour avec vous, quand je serai grande...
Plein de bise de la part de Gaellou

Elisabeth Marce a dit…

Bravo pour ce récit plein d'humour, j'adore ! en plus ça me rappelle mon triathlon de Dinan de cette année, tout pareil sur la météo ...