1 nov. 2010

MARATHON LA ROCHELLE PREPA 6/10


lundi : body barre 45 minutes - 200 kcal

mardi - 1h15 endurance
Rien de particulier, je me sens bien et en forme.
1h15 - 135 bpm -6:28-11,5 kms-800 kcal

mercredi : repos

Jeudi - 1h30 dont 3 x 16 min au seuil - 1min30 de recup entre chaque
C'est vraiment la pêche cette semaine. J'ai l'impression de retrouver ma condition physique d'avant l'été.
Je cours dans la nuit, à la frontale. C'est toujours très étrange comme sensation. J'ai l'impression de flotter dans un halo de lumière et je me sens légère.

C'est toute contente que j'entâme la première fraction mais sans repère visuel, je m'aperçois très rapidement qu'il est difficile de ressentir son allure.
Tant pis je le fais au feeling et ça me semble presque facile.

27 min - 136 bpm - 6 min 26 du km- 4,07 kms
16 min 04 - 158 bpm - 5 min 39 du km - 2,8 kms
16 min 23 - 160 bpm - 5 min 27 du km - 3 kms
16 min 17 - 162 bpm - 5 min 31 du km- 2,9 kms
11 min 55 - 151 bpm - 6 min 02 du km - 1,91 kms
total : 15,5 kms - 1 160 kcal

Vendredi : repos

Week-end à Bordeaux en amoureux
où comment faire un marathon et plus si affinité.



Samedi : 1 h endurance - Béton "m'a tuer"
Endurance en centre ville à longer le skate parc sur du beton puis des planches de bois.
Je ressens tout de suite la dureté du terrain et mes jambes n'aiment pas bien.

Le lendemain je le paierais par une grosse fatigue musculaire et un mal de dos qui pique du côté des lombaires.

Mes rotules n'ont pas bien aimé non plus et je suis heberluée de voir le nombre de coureurs qui s'entraînent sur cette surface. Moi c'est niet , je retourne à mon bitume chéri.

Résultat : 58 min - 138 bpm - 6:03 du km - 9,5 kms- 620 kcal

Dimanche 2h15 dont 2 x 25 minutes marathon - Total "m'a tuer"
Hier midi nous avons acheté une salade sur l'aire d'autoroute à la station essence.
Tugdual a été malade en arrivant à la chambre et moi bien sûr ça a bien attendu sagement ma sortie longue pour venir m'embêter.

Grosses crampes intestinales qui m'obligent à 3 poses techniques assez prolongées.

Je préfère rebrousser chemin et rentrer à l'hôtel, le ventre scié en deux par les crampes.
Je dormirais plus d'une heure avant de pouvoir envisager faire une quelconque activité.

Je jure mais un peu tard qu'on ne m'y reprendra plus (à manger n'importe quoi)

Résultat : 32 min environ et 5 kms

Lundi : 2h15 dont 2 x 25 minutes allure marathon - 1'30 de récup entre chaque
On ne reste pas sur un échec et je remonte en selle, enfin je rechausse mes runnings.

Hier j'ai mangé des pâtes, enfin de l'huile aux pâtes (décidément, nous n'auront pas trouvé un resto digne de ce nom tout le long de notre séjour) et du riz, enfin des makis prétentieux (le cuistot n'a rien trouvé de plus inventif que de rajouter de la mayo et du boursin dans un plat qui ne supporte que le minimalisme sain des produits crus de première qualité. Résultat : une horreur culinaire !)

J'ai un peu la trouille d'être encore malade, et c'est toute penaude que je repars avec Tugdual en direction du Lac.
Il est 8 h et nous devons rendre la chambre à 12 h. Aller hop faut pas traîner.

Je préfère partir à jeun et emmène un gel speedgel et un paquet de Jelly Belly Bean Sport.



le footing jusqu'au lac se passe bien. Nous discutons en courant très très tranquillement. J'en profite pour manger mes Jelly Belly.

Nos muscles ont récupéré de la sortie béton, mais la fatigue liée au voyage et à notre petite gastro est encore un peu présente.

Le tour du lac alterne des surfaces molles, voire très molles et plus dures. Ainsi que des montées et descentes et aussi quelques buttes.

Après 1h10 d'endurance, nous entamons la première fraction. J'avale la moitié du gel et pour l'instant mon ventre est au repos.

C'est moi qui donne le tempo et j'ai du mal à me caler à la bonne allure avec tous ces changements de surface et ce relief.
A un moment nous passons dans une sorte de dune-plage et j'ai l'impression de m'enfoncer jusqu'aux chevilles.

Tugdual plus puissant que moi arrive à maintenir l'allure et fonce tout droit. Moi je suis ralentie au maximum et perds un temps fou à me dépatouiller de la semoule (enfin du sable).
Courir dans de la mélasse ne serait pas plus difficile.

Après le sable, il faut jouer au cabri pour grimper une butte qui nous mène sur la piste cyclable.
Enfin du bitume mais je n'ai plus de jambes. Je reviens doucement à l'allure cible.
J'ai du mal à reprendre mon souffle - suis pas faite pour le trail moi.

1ère récup : on marche pour délasser les jambes et j'avale le reste de mon speedgel goulûment.
C'est pas mauvais du tout et en plus la séance dune m'a donné vraiment faim.

Et c'est déjà reparti pour la deuxième fraction.
Sur cette partie on aura le droit au bitume pour un bon moment et ensuite aux sous-bois que j'affectionne tout particulièrement.

Je me sens enfin à l'aise dans mon souffle et ma foulée. Tugdual est loin devant, il a besoin de s'assurer que ses jambes tournent bien.

Au début, pensant qu'il allait courir à la même allure que moi, je l'ai suivi mais je me suis vite aperçue que la séance marathon allait se solder par une autre séance au seuil (alternance de 5:15 du km et de 5:20)

Au 18ème kilomètre j'ai vraiment faim. Mon estomac se tord et forme un huit comme ces vieux pneux que l'on plie pour en faire une sorte de balançoire.
Les bonbons et le gel remontent le long de ma trachée mais j'arrive à contrôler et ne vomis pas.

Je n'ai pas mal aux jambes et musculairement je me sens bien (l'inverse de dimanche dernier).
Ce qui confirme mon analyse :
Deux gels aux maltoses pour 2 h de course et ensuite 1 gel aux sucres rapides devraient m'éviter embarras gastrique et durcissement musculaire. En espérant que les gels passent mieux sur une base de Maltoses et non directement sur la paroi à jeun de mon estomac.

Je retrouve Tugdual et nous retournons à l'hôtel en papotant.

J'ai marché un peu après la dernière fraction et je sens que c'est difficile de remettre la machine en route.
Mais très vite, la sensation de lourdeur passe. En revanche la faim me tenaille et me tord l'estomac.

1h09 échauffement - 134 bpm - 6:53 du km - 10,1 kms
1er tour - 25 min - 158 bpm - 5:49 du km - 4,3 kms
2ème tour - 25 min - 158 bpm - 5:39 du km - 4,42 kms
11 min 16 retour au calme - 139 bpm - 6:40 du km - 1,7 kms
TOTAL : 20,8 kms - 1 560 kcal

Nous avons beaucoup marché en dehors de nos séances spécifiques d'entraînement, car nous adorons nous promener pour découvrir tous les endroits que nous ne connaissions pas auparavant.

TOTAL week-end un peu plus de 45 kms effectués (35 kms courus et 10 kms en marchant).
Et voilà comment effectuer un mini ultra sans le vouloir et sans fatigue. :-)

Bobologie : 0/10 - je continue le tapping cuisse gauche et le Voltarène pré et post grosse sortie.

total km courus : 62 kms
total kms à velo : 0 km - mais les vélos ont fait le voyage jusque Bordeaux, sagement allongés dans ma polo. C'est dommage que la gastro nous ait empêcher d'en profiter car il y a plein de pistes cyclables sur Bordeaux et comme il ne pleuvait pas, ça nous aurait bien fait plaisir de pousser un peu plus la visite de cette jolie ville.
total km crawl : pas le temps d'aller à la piscine à cause des vacances scolaires (4 petits gars à la maison, 1 petit gars chez les beaux-parents)
Etirements : 1h 10
Nombre de Kcalories : 4 520
temps d'entraînement : 8 h 00
fatigue : pas grand chose sauf le dimanche gastro

Feeling : Je me demande encore comment je vais bien pouvoir finir le marathon. Je m'en sens pour le moment incapable.
Tugdual me dit que je suis un peu en dessous de ma forme du printemps mais que je cours plus vite. De son point de vue il n'y a aucun soucis à se faire.

nota : Après notre sortie longue, nous n'avons pas pu manger de suite (hôtel, étirement et douche oblige) et il fallu attendre 2 heures avant de pouvoir s'attabler chez Pain et Cie (Tugdual en mode "j'me sens tout mou" et qui n'avançait pas pour faire sa valise et aller sous la douche).

Le premier feeling n'a pas été très bon car la serveuse nous a reçus comme des chiens dans un jeu de quille. Après plusieurs minutes à poireauter et salivant devant les petits déjeuners gargantuesques de mes congénères. (je vous jure je salivais et avais l'impression que chaque bouchée que mes voisins de table portaient à leur lèvres se déroulait au ralenti).

J'ai su à cet instant que je ne pourrais plus attendre une minute de plus qu'elle daigne venir prendre notre commande.
Je me suis dirigée vers le comptoir pour acheter une baguette qui nous permettrait de patienter en attendant notre brunch et accessoirement le bon vouloir de la matrone.

Je vous assure que j'étais limite à tourner de l'oeil tellement j'avais faim.

Et là.. le drame.
La serveuse ne voulait pas me donner ma baguette sous prétexte que nous allions avoir un brunch avec panier de pains.
Elle voulait me la mettre de côté pour l'emporter.
Je lui ai rétorqué que je DEVAIS manger maintenant et que je VOULAIS du pain là maintenant sur le comptoir (j'étais à deux doigts de pleurer de faim).
Elle a bataillé ferme et me soutenait mordicus que non ce n'était pas la peine de me la donner (la baguette) et que je devais attendre.

J'étais en pleine 4ème dimension....

A ce moment là, ça a été comme un court-circuit dans mon crâne. J'ai cru que j'allais la griffer au visage et sauter dans son fournil pour croquer à pleines dents dans la bonne croûte blonde de ses jolis pains qui humaient et venaient titiller mes narines depuis 15 bonnes minutes.

Mes yeux ont du changer de couleurs et devenir aussi noirs que de l'encre car e
lle a senti le vent tourné et m'a filé mon dû en haussant les épaules.

Sur cet entrefait, je suis retournée à notre table encore rouge de colère (moi pas la table) et où la serveuse n'avait toujours pas consenti à venir prendre la commande.

D'un seul regard et sans mot dire Tugdual et moi avons remballé nos affaires et sommes partis de ce lieux stupide et prétentieux où il ne fait pas bon venir se réchauffer le corps et l'âme.

Décidément, les restos de Bordeaux et nous ça n'a pas fait bon ménage.

6 commentaires:

Adeline a dit…

Chouette week-end en amoureux, hormis les déboires alimentaires, c'est dingue ça !
Tiens, en parlant de ça, je serais intéressée de connaître une de tes journée type alimentaire en cette période d'entrainement.

Virginie_l a dit…

Je peux t'envoyer mon carnet alimentaire. Je le tiens depuis 20 jours pour voir si c'est assez équilibré et pas trop déconnant par rapport à mon entraînement.
Envoi ton adresse mail par MP sur facebook.

Adeline a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Girith a dit…

Sympa cette prépa, je viens de finir la mienne et je me retrouve vraiment dans tes écrits ;)

nathou a dit…

On approche petit à petit du but, la forme sera là!!! Dommage que vous n’ayez pas aimé Bordeaux:((
Et pendant ce temps, c'est à Nantes que j'avais des déboires moi!!!
Allez, bonne dernière ligne droite, Nathou;o)

Virginie_l a dit…

Ah si on a bien aimé Bordeaux, tout sauf les restos ;-)
la prochaine fois on prendra plus de temps pour faire notre choix au lieu de partir au petit bonheur la chance.